Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le danger d’aspiration

Toxicité par aspiration : cette classe de danger, introduite par le règlement CLP, est souvent mal comprise et confondue avec la classe toxicité aiguë en cas d’ingestion ou d’inhalation. L’éventuelle présence de ces deux dangers sur une seule étiquette peut même susciter une certaine perplexité ; ces classes de danger ne feraient-elles pas double emploi ?

Le danger d’aspiration

Toxicités par aspiration, inhalation, ingestion : quelles différences ?

Toxicité par aspiration et toxicité aiguë sont deux dangers à part entière ; les critères de classification, les circonstances d’exposition et les effets sur la santé sont bien distincts, même si dans les deux cas, les conséquences peuvent être fatales pour les personnes exposées.

La toxicité par aspiration correspond aux effets locaux sur les voies respiratoires que provoque la présence de substances ingérées ou aspirées. Les conséquences sont le plus souvent de l’ordre de la défaillance respiratoire.

La toxicité aiguë par inhalation correspond aux effets néfastes provoqués par l’inhalation de substances présentes dans l’air et pénétrant ensuite à l’intérieur de l’organisme par les voies respiratoires. La toxicité aiguë par ingestion correspond aux effets néfastes provoqués par l’ingestion de produits pénétrant ensuite à l’intérieur de l’organisme par les voies digestives. Les conséquences sont, dans les deux cas, de l’ordre d’une intoxication générale dont les effets varient en fonction des substances et de la dose absorbée.


Toxicité par aspiration et toxicité aiguë par inhalation ou par ingestion : les deux dangers peuvent cohabiter sur la même étiquette.

L’aspiration de produits chimiques et ses effets sur les voies respiratoires

La toxicité par aspiration se traduit dans le règlement CLP par la mention H304 : « Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires » [1] (voir le tableau ci-dessous). Cette classe de danger alerte sur les conséquences graves pour la santé que pourrait entraîner l’entrée de substances liquides dans les voies respiratoires directement depuis la bouche ou le nez ou indirectement lors d’une régurgitation après une ingestion accidentelle.

Classification du danger d’aspiration selon le règlement CLP
Classe de danger Toxicité par aspiration
Catégorie Catégorie 1
Pictogramme  
Mention d’avertissement Danger
Mention de danger H304 Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires

Ces phénomènes peuvent s’observer lors de pratiques inappropriées. Ainsi, le siphonnage d’un réservoir d’essence peut provoquer la pénétration de liquide, aspiré au moyen d’un tuyau, directement dans les voies respiratoires. De même, la régurgitation de substances ingérées accidentellement (en milieu domestique ou suite au siphonnage par exemple), peut provoquer aussi le transfert des produits ingérés vers les poumons, accompagné le cas échéant du contenu gastrique.

La présence, dans les voies respiratoires, de ces liquides classés pour le danger d’aspiration, peut avoir des conséquences catastrophiques. L’effet toxique est un effet aigu, car il résulte d’une exposition unique. Il peut provoquer, outre l’obstruction mécanique des voies respiratoires (surtout lorsqu’il y a régurgitation du contenu gastrique), une pneumonie chimique (inflammation du parenchyme pulmonaire) ou des lésions pulmonaires (destruction des cellules endothéliales des alvéoles et des capillaires).

Le produit chimique ou le contenu gastrique présents dans les poumons provoquent un épanchement dans les espaces interstitiels et intra-alvéolaires. Cet épanchement entraîne une perte de surfactant, provoque la fermeture prématurée des voies aériennes et peut mener à une insuffisance respiratoire potentiellement fatale.

Le danger de toxicité par aspiration, bien qu’étant un danger pour la santé, n’est pas identifié par l’observation d’un effet biologique sur un organisme [2], mais par des paramètres physicochimiques. Il s’agit en effet d’estimer si le produit présente une aptitude au transfert spontané des voies digestives vers les voies respiratoires. Cette aptitude dépend de la viscosité de la substance liquide et sa vitesse d’écoulement à 40 °C. C’est principalement le cas de certains hydrocarbures (distillats de pétrole), hydrocarbures chlorés ou huiles. Des substances ou mélanges contenus dans des flacons pressurisés, tels que des aérosols, des atomiseurs ou vaporisateurs, peuvent également être concernés dans la mesure où ils peuvent former dans la bouche une masse liquide susceptible d’être aspirée.

Pour les substances et mélanges répondant à ces critères, la rubrique 4 (description des premiers secours) de la fiche de données de sécurité conseillera de ne pas faire vomir en cas d’ingestion accidentelle et insistera sur une surveillance des paramètres respiratoires par les services de secours.


Bien entendu, la pratique du pipetage à la bouche, en vogue dans les laboratoires en des temps révolus, est aujourd’hui absolument proscrite ! Illustration tirée de l’ouvrage « A popular chemistry », 1887, Steele, J[oel] Dorman, éd. A. S. Barnes & company.

Et la toxicité aiguë ?

La classe de danger Toxicité aiguë correspond aux effets indésirables se manifestant après l’exposition unique à une certaine dose de produit. Ces effets peuvent entrainer le décès dans un court laps de temps à la suite d’une exposition de courte durée ne dépassant pas 24 heures lors de :
– l’inhalation de produits présents dans l’air (gaz, vapeurs, fumées, poussières, brouillards),
– l’ingestion de produits se retrouvant alors dans les voies digestives,
– le contact cutané.

L’intoxication aiguë à une substance correspond à un effet toxique appelé systémique ou général. Cet effet se traduit par diverses atteintes délétères simultanées sur les organes principaux (foie, reins, poumons, cœur, cerveau…) en relation avec la réactivité du produit. Plus l’exposition (dose et/ou durée) est importante plus les effets sont graves jusqu’à être fatals. Généralement, les produits sont classés en Toxicité aiguë quand elles provoquent, lors des tests, une mortalité notable d’animaux exposés à une dose unique par inhalation, par ingestion ou par contact cutané.

Classe de danger Toxicité aiguë selon le règlement CLP
Classe de danger
Toxicité aiguë
Catégorie
Catégories 1 et 2
Catégorie 3
Catégorie 4
Pictogramme
Mention d’avertissement Danger Danger Attention
Mention de danger : toxicité par voie orale H300 Mortel en cas d’ingestion H301 Toxique en cas d’ingestion H302 Nocif en cas d’ingestion
Mention de danger : toxicité par voie cutanée H310 Mortel par contact cutané H311 Toxique par contact cutané H312 Nocif par contact cutané
Mention de danger : toxicité par inhalation H330 Mortel par inhalation H331 Toxique par inhalation H332 Nocif par inhalation

Dans le tableau ci-dessus, les catégories de danger de la classe Toxicité aiguë et les termes « mortel », « toxique » ou « nocif » des mentions de danger reflètent la dose nécessaire pour provoquer un effet néfaste. Il faut noter que pour cette classe de danger, la voie d’exposition est un élément de la mention de danger.


[1]  Elle remplace la phrase de risque R65 « Nocif : peut provoquer une atteinte des poumons par ingestion » du précédent système européen d’étiquetage (Directive 67/548/CEE).

[2] La possibilité est cependant ouverte, lorsque des données fiables et de qualité ont été acquises chez l’être humain.