Partenaires

CNRS
Logo PRC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Grand public > Propriétés des produits chimiques

Propriétés intrinsèques des produits chimiques

Application de produit cosmétique sur peau reconstruite

Dans quelles mesures un produit chimique est-il dangereux ? Pour le savoir, l’application de méthodes standardisées permettront de déterminer ses propriétés et ses effets. Ces méthodes sont de plus en plus fines, et de plus en plus respectueuses du « vivant ».

L’évolution des méthodes de détermination

La détermination des propriétés dangereuses des produits chimiques s’appuie sur la connaissance des phénomènes impliqués et des mécanismes d’action. Cette connaissance s’améliore constamment, ce qui permet d’affiner les tests et de les rendre plus pertinents. De nombreux tests sont une adaptation directe des outils d’investigation utilisés en recherche.

Actuellement, un effort très important est réalisé pour développer des méthodes dites « alternatives ». Ces méthodes visent à supprimer le recours à l’expérimentation animale en toxicologie et écotoxicologie ou, lorsque cela n’est pas possible, à réduire le nombre d’animaux et à diminuer leur stress. Il s’agit de l’application du concept des « 3 R » : remplacer, raffiner, réduire.

Des progrès importants ont déjà été obtenus comme par exemple, l’évaluation du pouvoir corrosif et irritant des produits chimiques sur peau reconstruite.

Propriétés et effets : les critères à déterminer

Propriétés physico-chimiques
- Température d’ébullition,
- densité, tension de vapeur,
- point d’éclair,
- température d’auto-inflammation,
- explosibilité,
- pouvoir oxydant…

Effets sur la santé de l’homme
- toxicité aiguë ou chronique,
- sensibilisation cutanée,
- irritation,
- corrosivité,
- cancérogénicité,
- neurotoxicité,
- toxicité pour la reproduction…

Effets sur l’environnement
- Écotoxicité,
- bioconcentration,
- biodégradabilité…

Photo en début d’article : application topique de produit cosmétique sur une peau reconstruite cultivée sur insert. Cette peau reconstruite est utilisée pour tester des produits cosmétiques et éviter le recours à l’animal. Photo © CNRS Photothèque / Hubert Raguet