Partenaires

CNRS
Logo PRC


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Substances CMR > La cancérogénicité selon le CIRC > La cancérogénicité selon le CIRC

La cancérogénicité selon le CIRC

Brin d'ADN

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC, ou IARC en anglais) met librement à disposition un répertoire catégorisé riche d’environ 1000 agents et circonstances d’exposition évalués pour leur risque de cancérogénicité pour l’homme.

Liste des agents cancérogènes classés selon les Monographies du CIRC

La Classification des Monographies du CIRC est en constante évolution. Ces documents publiés font autorité en tant que source de données sur la cancérogénicité et leur consultation est tout à fait pertinente dans toutes les démarches d’évaluation des risques des substances chimiques pour la santé humaine.

Voir Consultez la version la plus à jour sur le site du CIRC.

Sur la base de cette liste des agents cancérogènes classés par le CIRC, l’unité de Prévention du risque chimique met à disposition ci-dessous un document au format tableur (xls) de 8 feuilles regroupant les agents cancérogènes par groupe et par type (agents chimiques, mélanges complexes, agents biologiques, agents physiques, alimentation, activités professionnelles, médicaments).

Mise à jour 2017 Les agents cancérogènes classés par les Monographies du CIRC
PDF - 916.1 ko
Format PDF
Excel - 205 ko
Format tableur

Liste téléchargeable (classement selon les Monographies du CIRC, volumes 1-117).

Procédure d’évaluation des agents

Les évaluations sont publiées sous forme de monographies et sont librement disponibles sur le site internet du CIRC, ou peuvent être commandées. Pour réaliser ces évaluations sur un agent donné, le CIRC organise des groupes de travail constitués d’experts et représentants des agences nationales et internationales de santé. Ils effectuent un examen critique des données scientifiques disponibles chez l’homme et l’animal et évaluent ainsi le danger de cancérogénicité de l’agent sur la base des données scientifiques disponibles, du mécanisme de cancérogenèse identifié et autres données pertinentes.

À l’issue de ces évaluations, l’agent est classé pour sa cancérogénicité dans l’un des groupes de la classification propre au CIRC, reflétant l’état des connaissances sur le danger cancérogène de cet agent. Les groupes sont les suivants :

Groupe Évaluation Nombre d’agents évalués
(au 24 septembre 2016)
Groupe 1 Cancérogène pour l’homme 119
Groupe 2A Probablement cancérogène pour l’homme 81
Groupe 2B Peut-être cancérogène pour l’homme 292
Groupe 3 Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l’homme 505
Groupe 4 Probablement pas cancérogène pour l’homme 1

La classification d’un agent est uniquement basée sur la force probante des indications de cancérogénicité apportées par les données et non sur l’importance de l’activité cancérogène de l’agent. Ainsi, préalablement à la classification de l’agent, l’ensemble des données scientifiques disponibles chez l’homme d’une part, et chez l’animal d’autre part sont évaluées et catégorisées en fonction des informations pertinentes et utilisables de ces études. Pour cela, un système de catégorisation, basé sur une terminologie normalisée des indications de cancérogénicité chez l’homme et chez l’animal a été établi par le CIRC et permet de refléter la conclusion globale de l’ensemble de ces indications.

Catégories des indications Conclusions des données évaluées
Indications suffisantes de cancérogénicité Relation de cause à effet établie entre l’exposition à un agent et la survenue de cancers chez l’homme.
Observation d’une incidence accrue de tumeurs dans plusieurs essais chez l’animal.
Indications limitées de cancérogénicité Association positive entre l’exposition à un agent et la survenue de cancers chez l’homme mais avec une incertitude non exclue.
Les données chez l’animal sont limitées d’un point de vue quantitatif et/ou qualitatif.
Indications insuffisantes de cancérogénicité Les données chez l’homme ou les études animales sont absentes ou ne peuvent être interprétées.
Indications d’une absence de cancérogénicité De nombreuses données permettent de conclure qu’il n’y a pas d’association positive entre différents niveaux d’exposition à un agent et la survenue de cancer chez l’homme.
Plusieurs essais indépendants ont montré que l’agent n’est pas cancérogène chez les espèces étudiées.

La classification finale de l’agent dans un des 4 groupes s’effectue alors en fonction des catégories des indications apportées par les données obtenues chez l’homme et l’animal.

Groupes Indications de cancérogénicité chez l’homme Et Indications de cancérogénicité
chez l’animal
1 Suffisantes chez l’homme
Presque suffisantes
et mécanisme d’action reconnu
Et Suffisantes
2A Limitées Et Suffisantes
Insuffisantes Et Suffisantes
2B Limitées Et Insuffisantes
Insuffisantes Et Suffisantes
Insuffisantes Et Limitées et mécanisme d’action reconnu
3 Insuffisantes Et Insuffisantes ou limitées
4 Indications d’une absence de cancérogénicité chez l’homme et l’animal
Insuffisantes Et Indications d’une absence de cancérogénicité

Cette classification est généralement utilisée par les organismes de santé publique et les industriels pour la classification réglementaire des substances chimiques mises sur le marché. Ainsi, les critères de classification des agents cancérogènes décrits dans la règlementation CLP font référence à la catégorisation des indications de cancérogénicité telles que détaillées ci-dessus.

Le rôle du CIRC

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC ou IARC pour International Agency for Research on Cancer) fait partie de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il a pour mission de coordonner et de mener des recherches sur les causes de cancer chez l’homme. Il élabore aussi des stratégies de détection précoce des cancers et développe des mesures de prévention à destination des praticiens, des organismes nationaux de santé publique et du public.

Le centre identifie et évalue, à travers son programme Monographies, les agents environnementaux et autres circonstances d’exposition pouvant être à l’origine de cancer chez l’homme ou susceptible d’en augmenter la fréquence d’apparition. Ces évaluations ont pour but de fournir un appui scientifique aux autorités nationales compétentes pour l’évaluation du risque de cancer dans les populations et pour le choix et la mise en place des moyens de lutte efficaces. Ces agents incluent :

  • les substances chimiques (benzène, formaldéhyde…) et groupes de substances chimiques (arsenic et composés inorganiques de l’arsenic, composés du nickel…) ;
  • les mélanges complexes de diverses substances (poussières de bois, fumée de tabac...) ;
  • les expositions professionnelles (pressing, fumées de soudures…) ;
  • l’alimentation (boissons alcoolisées, mate…),
  • les organismes biologiques (bactéries, virus et toxines) ;
  • les agents physiques (radiations ionisantes, champs magnétiques…) ;
  • les médicaments (chimiothérapie...).

Photo : Zentilia – Fotolia

Voir en ligne : Les Monographies du CIRC